Le pèlerinage occitan à Lourdes a 60 ans

, par Anne-Marie

A partir de FIGEAC, le « romavatge » (pèlerinage) en occitan poursuit modestement la route.

Deux cars sont partis de Figeac, cette année, pour amener des pèlerins, fidèles ou nouveaux, de TEYSSIEU, MOLIERES, GORSES, ST- CIRGUES, FAYCELLES, FELZINS, LENTILLAC, BEDUER, ST JEAN MIRABEL, SAINT FELIX, CAPDENAC-LE-HAUT, CAJARC, FIGEAC, ST CHELS, LIVERNON, ST MARTIN -LABOUVAL, BEAUMAT, FLOIRAC, LALBENQUE, parlant occitan, français et portugais. Se sont joints, des pèlerins du Cantal, Tarn, Tarn-et-Garonne . En effet, chaque année, les pèlerins de racine occitane se rassemblent pour prier dans la langue des apparitions de Marie à une fillette de condition tout-à-fait humble, dans un moment d’extrême dénuement pour sa famille : Bernadette, qui parlait occitan. « Aquèra » , « Celle-là » comme elle la nommait, lui a parlé « comme à une personne », en occitan « Que voi que bastésquian aci una Capèra » (en occitan estandard « Vòli que bastican aici una capèla »).

La conférence 2018, de l’abbé Jòrdi PASSERAT du diocèse de Montauban, a récapitulé les actions des fondateurs : Mgr THEAS, qui durant l’occupation refusait la politique antijuive du gouvernement de Vichy, et qui, le dimanche 30 août 1942 fit lire dans toutes les églises de son diocèse, une lettre célèbre où il protestait contre le sort fait aux juifs de l’Etat Français : « Tous les hommes, quelles que soient leur race ou leur religion, ont droit au respect des individus et des états ».

Mgr THEAS et l’Abbé Joseph SALVAT furent arrêtés en juin 1944 et se retrouvèrent à la prison Saint-Michel de TOULOUSE avec le futur Directeur de LA DEPÊCHE, Jean BAYLET et du journaliste Albert SARRAULT . Ils furent déportés, le 15 juillet 1944 comme « personnalités-otages » vers Compiègne puis à Neuengamme. Là , Joseph SALVAT tint un journal, en partie en occitan, sur des bouts de papier de sacs de ciment et les cacha. Sa volonté fut de le faire éditer après sa mort.( « Mon diurnal de la Deportacion-1944/45, publié en 1975)

Mgr THEAS, fut libéré par des attaques ferroviaires menées par les résistants et revint à Montauban le 9 septembre 1944.

Le pèlerinage sur deux jours, le dernier samedi -dimanche d’avril, semble avoir trouvé un bon équilibre entre pèlerinage choisi et pèlerinage en occitan. Des personnes de langue portugaise et française peuvent s’y joindre. C’est un apport de richesses qui se complètent. En 2019, le chemin de croix sera en occitan, en portugais et en français, tout comme les textes du célèbre « livreton » revu chaque année depuis sa première édition en 1958 également.

« Deux jours formidables » témoigne Yvette, à l’image des participants heureux, « reviscolats » (revitalisés), par beaux moments de ferveur, de recueillement, de pensées et prières pour les proches, les malades, les migrants, tous les habitants du monde. Samuel POUJADE à l’orgue de la Basilique Supérieure, a apporté sa note festive et éclatante et un élan commun au désir de rassemblement pour aller toujours de l’avant dans un esprit d’ouverture.

A l’an que ven, lo dissabte et lo dimenge 27 e 28 d’avriàl de 2019

Maria Odila de LACAZA

Soutenir par un don